Série Indochine – épisode 2

Les personnes citées dans la Lettre n°2

Avant de vous faire écouter la 2e lettre, je vais vous présenter quelques personnes de l’entourage des fiancés.

Il y a tout d’abord M. et Mme Faÿs. Emmanuel Faÿs est notaire à Saïgon. C’est un très bon ami d’Henri BRANDELA. Il sera même un de ses témoins au mariage qui aura lieu quelques semaines après l’écriture de ces lettres.

J’ai une photo d’un couple avec les parents de Bonne-Maman. Et ça pourrait être eux : le couple à gauche de la photo.

On reconnaît les parents de BM tout à droite. Mano, le frère aîné de BM en bas à gauche et Mythèse debout au milieu. Et sur les genoux de la maman de BM : peut-être Bonne-Maman elle-même ?

Ecoutons Bonne-Maman parler de la famille Faÿs :

https://audmns.com/CLPQpGk

Mme Desheres devait être une amie mais elle m’est totalement inconnue. La généalogie est une enquête et malheureusement les enquêtes n’aboutissent pas toujours. Mais souvent ce n’est qu’une question de temps.

Yvonne Bonneville est la soeur de la maman de Bonne-Maman.

Elle se mariera avec « oncle Robert » et ils habiteront dans le XVIe arrondissement de Paris.

A ce propos, voici la maman de Bonne-Maman lors de ses fiançailles avec Bon-Papa, en 1958.

Le 1er janvier 1958 – Les fiançailles de Bonne-Maman et Bon-Papa. Tout à gauche, Renée « la fiancée » des lettres (à 55 ans)

Les voyages en Indochine

Dans la lettre n°2, Henri parle de l’appontement des Messageries Maritimes.

C’est une des compagnies qui permettaient de relier la France aux colonies.

Si vous êtes intéressés pour en savoir plus sur l’histoire de cette compagnie, voici un lien intéressant : http://www.messageries-maritimes.org/hist.htm

Le Donaï à bord duquel est Henri ainsi que le « Cap Ortegal » dont il parle dans sa lettre n°2 sont deux navires.

En photo ci-dessus, le Donaï qui effectue la liaison Saïgon – Bangkok

Géographie

Un peu de géographie maintenant pour situer les lieux dont parle Henri dans ses lettres.

Le Nhabé était l’avant-port pétrolier de Saïgon, situé à 15km de celle-ci. Il se situe exactement à l’embouchure de la rivière de Saïgon, rive droite.

L’île de Poulo Condore (aujourd’hui Côn Son) est une petite île au sud de l’Indochine. C’est l’île des bagnards. Les prisonniers indigènes y étaient enfermés ou aux travaux forcés. Ce bagne était destiné aux criminels les plus dangereux et aux opposants politiques indochinois.

Le nom de l’île vient du nom malais « Pu Lao Kundur ».

Classée comme l’un des endroits les plus effrayants d’Asie, le deuxième bagne français, derrière celui de Guyane, le bagne de Poulo Condore se trouve également sur la liste des 10 prisons les plus cruelles du monde. Depuis plus de 100 ans (de 1862 à 1975), près de 20.000 bagnards y ont été emprisonnés, torturés et sacrifiés (source : authentikvietnam)

Si vous êtes intéressé par l’histoire de ce bagne, voici deux liens intéressants :

Fiche Wikipédia

Histoire du bagne de Poulo-Condore

Henri Brandela évoque l’île et les bagnards dans la lettre n°3.

Mais en attendant, je vous propose d’écouter la 2e lettre écrite par Henri Brandela à sa fiancée:

https://audmns.com/hDoAwjc

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s